«

»

Shnéor Zalman Shazar

Zalman Shazar est un écrivain, poète et journaliste israélien.  Il a passé sa vie à la recherche, l'écriture, l'édition et impliqué dans des activités public varié. Elu à la première Knesset  en tant que membre du Mapaï, sa vie politique a surtout été marquée par sa présidence à la tête de l'État d'Israël.

Né le 24 novembre 1889 à Mir en Bélarusse, né Shnéor Zalman Roubachof, finalement changé son nom en Shazar, en utilisant les acronymes de son nom complet, reçoit une éducation religieuse relativement stricte. Il était un descendant d'une famille de rabbins hassidiques Habbad de Mir près de Minsk dans l'Empire russe.

À l'adolescence, il s'implique dans le mouvement « HaPoale Zion » et plus tard fait un long séjour en Palestine, il y aura une relation amoureuse avec la poétesse ‘’Rachel’’ (Rachel Blaustein) entre 1911 et 1913.

En 1911, il vient pour visiter la terre d’Israël.  Épouse Rachel Katzenelson en 1920 et en 1924 sous le mandat britannique de la Palestine. Il commence a travaillé comme journaliste au journal ‘’ Davar ’’ et en deviendra rédacteur en chef de 1944 à 1949.

Il devient très vite une importante figure du sionisme socialiste et membre du secrétariat de la ‘’Histadrout’’, la force ouvrière en 1924.

De 1949 à 1951, il est élu à la première Knesset  en tant que membre du Mapaï, et est nommé ministre de l'Éducation et de la Culture au sein du premier gouvernement de David Ben Gourion. Il n'est pas membre du second gouvernement de Ben Gourion, mais conserve son siège aux élections de 1951 et 1955.

Il est également devenu membre de l'exécutif de l'Agence juive en 1952. Il démissionne de la Knesset en 1956 et, de 1956 à 1960, devient président par intérim de l'exécutif de l'Agence juive à Jérusalem.

Le 21 mai 1963, la Knesset le nomme troisième Président de l'État d'Israël, succédant à Yitzhak Ben-Zvi. En 1964, lors de la visite du pape Paul VI en Israël, Shazar lui lit le verset de Micha qui stipule que, même si d'autres nations pouvaient suivre d'autres dieux, « nous marcherons au nom de notre Seigneur, Di.eu pour toujours ».

En 1966, Shazar est co-lauréat avec Israël Efrat du Prix Bialik de littérature

En 1968, il est réélu Président pour un second mandat de cinq ans qu'il mena à terme. En 1973, Éphraïm Katzir lui succédera. En 1969, Shazar envoie l'un des 73 messages de bonne volonté d'Apollo 11 à la NASA à l'occasion du premier alunissage de l'histoire. Le message repose toujours sur la surface lunaire aujourd'hui. Il est écrit : « Du président d'Israël à Jérusalem, dans l'espoir d'une « abondance de paix aussi longtemps que la Lune perdurera (Psaumes 72,7) ».

Sa présidence fut, entre autres, marquée par la guerre des Six Jours (1967), la résolution 242 des Nations unies (1967) et la guerre du Kippour (1973).

Il reste impliqué avec le mouvement Habbad jusqu'à la fin de ses jours, aidant le rabbin Yossef Yitzchok Schneersohn, le sixième Rabbi de Loubavitch, à fonder le village de Kfar-Habad et, à sa demande, permettant à la communauté religieuse d'Israël de créer son propre système éducatif. Il a ensuite eu une longue correspondance avec le rabbi Loubavitch Menachem Mendel Schneerson et lui a rendu visite à plusieurs reprises à New York au 770.

Shazar décède le 5 octobre 1974 (19 Tichri 5735) à Jérusalem enterré parmi les grands de la nation au Mont Herzl.

Plusieurs villes ont nommé des rues, des parcs, des lycées en son souvenir. Son portrait a été imprimé sur l’ancien billet rouge de 200 shekels.

 

La rue Zalman Shazar à Netanya :

Artère  centrale à l’entrée du quartier de Ir Yamim. Continuité de la rue Lavon jusqu’au rond-point de Ehoud Manor. Une des plus ancienne rue  de Ramat Poleg. Un nouveau centre  d’achat vient d’y être construit à l’entrée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

News de la Semaine