«

»

Zalman Aran

Zalman Aran était un chef de file politique de tendance social-démocrate et un éducateur. Il a rempli des fonctions comme parlementaire, élu par le parti Mapai à la Knessset et au sein du gouvernement en tant que Ministre de l'éducation pendant plus de 11 ans. Il a été un personnage très influent au début de l'organisation du système éducatif israélien.

Zalman Aran, anciennement Aharonovitz, est né le 1er Mars 1899 en Ukraine. Il a grandi dans une atmosphère religieuse, a étudié au Hédère, et plus tard dans plusieurs Yeshivot de la région. Attiré par les idées du sionisme et du socialisme, il alla étudier la science et l'agronomie a l’université de Kharkov. De suite arrivé en 1916, il rejoint le mouvement des « Jeunes de Zion » et très vite élu membre de sa direction.

Pendant la Première Guerre mondiale n 1917, Aharonovitz devient  actif dans l'organisation pour aider les réfugiés juifs et s'engage comme membre du mouvement d'autodéfense juive.

Apres la Première Guerre mondiale, dans le début des années 20, il prend part politiquement dans le mouvement sioniste-socialiste et en 1926, il décide de réaliser son rêve sioniste en passant le rideau de fer de l'Union soviétique par la Lettonie pour immigrer en Israël, où il commence a travaillé comme simple ouvrier du bâtiment.

Des lors de son arrivé en Palestine, Aharonovitz rejoint le mouvement travailliste et prend les fonctions de secrétaire à Tel Aviv. Avec la création du mouvement politique ‘’Mapai’’ en 1930, il devient membre du comité central.

Très actif au sein du parti, il entame plusieurs fonctions dont la création et la direction de l'école des activistes ouvrier, qui portera plus tard son nom – le Collège Aran. En 1946, il fut élu membre du Conseil général sioniste, et deux ans plus tard, en 1948, en tant que membre de sa direction.

Après la création de l’Etat juif en 1948, Zalman Aran est élu Secrétaire Général du Mapaï et parlementaire de la première Knesset qu’il servira jusqu'en 1969, sans interruption. Il a été président de la commission des affaires étrangères et de la défense.

En 1954, après la demission de Ben Gourion, Sharett intègre Aran au cinquième gouvernement israélien en tant que ministre sans portefeuille, mais responsable des relations publiques, ce qui fut presque le seul changement entre les deux gouvernements.

En juin 1955, avec la le sixième gouvernement d'Israël il est nommé ministre des Transports et de l’Education, tout en continuant à être responsable des relations publiques.

Aran a travaillé pour placer l'éducation au sommet des priorités nationales. Pendant son mandat, le système éducatif a reçu une énorme augmentation de budget, et a élargie la loi sur l'éducation obligatoire pour les 14-16 ans. Aran a participé à la mise en place de fonds qui ont contribué à la construction d'établissements d'enseignement, en particulier dans les écoles secondaires (comme la Fondation éducative États-Unis-Israël).

Il s’est investi également dans le développement de l'enseignement professionnel et la création de structures après le bac, tout en facilitant pour les familles en difficultés pécuniaires les réductions des frais de scolarité en fonction du revenu familial et d'autres critères.

En 1960, Aran démissionne de ses fonctions de ministre de l'Éducation en désaccord avec le premier ministre David Ben Gourion. Il sera remplacé par le ministre de l'Education Abba Eban.

Aran retrouvera ses fonctions au ministère de l'Éducation en 1963. Le nombre d'enseignants augmente considérablement a cette période a la vue des très bonnes conditions de travail.
Au cours de son deuxième mandat de ministre de l'éducation en 1966, a été créés la télévision éducative israélienne et il a été l'initiateur en 1969, de la création de centres communautaires appelés ‘’Matnass’’.

Aran a initié des réformes importantes en matière de réforme de l'éducation dans les années 1965-1968 comme la mise en place de structures séparées des collèges et lycées.

Sur l'appréciation de l'esprit de vues socialiste dont lui-même a été éduqué, Aran a donné la priorité à la formation professionnelle dans les régions périphériques sans donner trop d'importance à l'éducation scolaire pour les nouveaux immigrants essentiellement d’Afrique du nord. Cette réalité a façonné l'image de la discrimination et étendu plus tard à la critique qui donna lui au fossé sociale des populations. Il a conçu un plan quinquennal pour les années 1965-1970 afin de multiplier l'enseignement professionnel et technique en Israël.

Zalman Aran a vu une valeur initiale pour la conscience juive. Il estimait que la génération grandissante en Israël devrait être éduquée pour transmettre les coutumes culturelles juives, dans la langue hébreu et observer le Shabbat et les fêtes. 

 

Zalman Aran est décédé le 6 septembre 1970 à Jérusalem et a été enterré sur le Mont des Oliviers. Sa femme, Clara, qui a travaillé pendant de nombreuses années en tant que bibliothécaire de la Knesset, a été enterrée à ses côtés. Leur fille Aviva Heiman a enseigne comme professeur et est décédée à Ness Ziona.

 

La rue Zalman Aran a Netanya :

Entre le quartier de Ir Yamim et Agamim, dans le quartier de Kiryat Nordo, petite rue en sens unique. Elle débute à la rue Sheffer jusqu’a la rue Mane, entrecoupée par la rue Chay Agnone.

Uniquement de petites constructions assez anciennes sans immeubles et commerces.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

News de la Semaine