«

»

Yitzhak Moda’i

Yitzhak Moda’i était un homme d’État israélien, militaire en début de sa carrière, puis membre de la Knesset. Il était connu pour ses idées de droite en créant le parti libéral pour promouvoir l’idée sioniste. Il a été le ministre des finances qui a stoppé l’inflation en Israël en transférant la monnaie du pays au nouveau shekel avec le gouvernement du Likoud.

Yitzhak Moda’i est né le 17 janvier 1926 à Tel-Aviv et y a grandi, dans une famille religieuse, sous le nom d'Yitzhak Medzovitch. Son père était secrétaire général de ‘’Egged’’. Il a fréquenté le collège Guéoula et a été actif au comité d’élèves. À l’âge de 14 ans il rejoint déjà la ‘’Agana’’ et en 1943, il obtient son baccalauréat. Il s’engage pour le service, au cours du laquelle il servi au poste de police de Sidna Ali. Après plusieurs mois, les Britanniques découvrent son activité dans le transfert d'informations internes relatives à l'immigration clandestine à la Haganah, et est transféré à Haïfa. Il commence à étudier le génie chimique au Technion en parallèle de son service en tant que policier de la circulation. Par la suite, il étudie le droit à l'université hébraïque de Tel-Aviv et l'économie à l’école de Londres. À la fin de ses études, est ordonné avocat.

En Octobre 1947, il fut appelé au service actif dans la Haganah, pour commencer sa carrière militaire. Il commande le peloton du 32 éme bataillon. A la bataille de Latroun, il sauve la vie d'Ariel Sharon. En Juin 1948, il combat pour défendre Netanya. Il est démobilisé en 1953 avec le grade de lieutenant-colonel. Après la guerre des six jours de 1967, il fut le premier gouverneur militaire de la ville de Gaza.

De 1961 à 1977, il dirige la fabrique de cosmétiques Rêvlon. Entre autres choses, il tente en 1964 d’introduire des produits de soins de la peau sur le marché israélien.

En 1961, il rejoint le Parti libéral, et membre de son siège électoral à Haïfa. En 1969, il court pour le maire de Herzlia. Et de 1969 à 973, il siège au conseil municipal.

En 1973, il est élu à la huitième Knesset sur la liste du Likoud à la 21e place et en 1977 à la neuvième Knesset à la 14 éme place sur la liste du Likoud.

Après la "révolution" de 1977 ou le Likoud monte au pouvoir, et jusqu'en 1984, il fut ministre de l'énergie et des infrastructures. Entre 1979 et 1980, il a été ministre de la Communications. En 1979, Moda'i a voulu privatiser la téléphonie mais s'est heurté à une très forte opposition.

En 1984, alors qu’il était en troisième position du Parti libéral sur la liste du Likoud, il reçut le poste de ministre des Finances, son poste le plus élevé. L’économie israélienne connaissait une inflation de 400% par an. Pendant deux ans, il a servi, pour élaborer le programme de la stabilisation économique de 1985. Le facteur principal était le gel des prix et des salaires dans l’économie. En outre, diverses taxes ont été imposées au public et des réductions ont été effectuées dans le budget et les indemnités du gouvernement. Ainsi, le gouvernement a réussi à enrayer l'inflation et à stabiliser l'économie. Moda’i a également transféré la valeur légale de l'État d'Israël à un nouveau shekel.

En Avril 1986, Pour des querelles politiques avec Shimon Perez, alors premier ministre en rotation avec le Likoud, il est transféré de ministère pour la justice et Moshe Nissim le remplace aux finances.

En juillet 1986, ses rapports avec Shimon Perez se dégradent et Moda’i est obligé de démissionner du gouvernement.

Après les élections de 1988, dans le cadre d'un gouvernement d'union nationale contraint par le refus de Shamir de former un gouvernement de droite étroit, il a été nommé ministre de l'économie et de la planification.

Le 28 janvier 1990, Moda'i quitte le Likoud avec quatre autres membres du Parti libéral et créé un nouveau parti politique pour promouvoir l’idée sioniste. Moda'i et ses collègues refusent de rejoindre le gouvernement de Shimon Peres. Après la rotation du pouvoir du gouvernement à Yitzhak Shamir, Moda’i rejoint la coalition en échange du poste de ministre des Finances qu’il affectait tant.

Son échec avec la liste du "Nouveau Parti libéral" aux élections de 1992 a marqué la fin de sa carrière et il a pris sa retraite politique pour se lancer dans le commerce.

Sa femme Michal a été la deuxième Miss Israël de beauté de l’Etat et par la suite présidente mondiale de la WIZO.
Ils ont eu trois enfants. L'aînée, Harela, a été tuée dans un accident de voiture à l'âge de 22 ans. Chaque année est décerné à la radio de Galei Tsahal un prix en son nom. Son fils, Boaz Moda’i, est un ancien ambassadeur d’Israël en Irlande.

Yitzhak Moda’i est décédé le 22 Mai 1998, peu de temps après sa nomination en tant que responsable des célébrations du 50e anniversaire du pays en 1998. Il a été enterré dans le cimetière de Nahalat Yitzhak à Guivataim.
En son souvenir ont été nommé plusieurs parcs dans le pays comme à Haïfa ou Tel-Aviv, un pont sur l’autoroute de Haïfa- Tel-Aviv, une place a Ashdod ou des rues à Beer Sheva, Guivat Shmouel ou Netanya.

 

La rue Yitzhak Moda’i à Netanya :

Nouvelle petite rue face à la mer de quelques numéros dans le quartier de Agamim, pour la plus part encore en construction d’immeuble. Elle débute dans la grande rue de Ben-Gourion jusqu’à la rue Reznik.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

News de la Semaine