«

»

Un supporter exclu « à vie »

L'Olympique lyonnais a annoncé vouloir "exclure à vie" un supporter ayant exécuté un salut nazi dans les tribunes de Manchester City, au stade Etihad à Manchester, au nord-ouest de l'Angleterre, lors du match à l’extérieur de la Ligue des champions de l'UEFA au premier tour du groupe F.

La police de Manchester a annoncé l’ouverture d’une enquête à l’encontre du supporter de Lyon filmé par des caméras du stade en train de réaliser un salut nazi le 19 septembre 2018, lors de la victoire de l’OL sur le terrain de Manchester City (2-1) lors de la 1re journée de la Ligue des champions.

« C’est traité comme un crime de haine et une enquête est en cours », avec l’aide la police française, a déclaré la ‘Greater Manchester Police’ dans un communiqué. « Ce comportement est absolument odieux et n’a pas sa place dans notre communauté, ni dans le sport. Nous nous engageons à surveiller le racisme lors des matches de football, et les crimes haineux, quels qu’ils soient, ne seront tout simplement pas tolérés », a ajouté l’inspecteur en chef Gareth Parkin.

L’Olympique lyonnais en a pris connaissance par une vidéo qui circule sur les réseaux sociaux. Le président lyonnais Jean-Michel Aulas a adressé ses excuses au club de Manchester City et a son président Khaldoon Al Mubarak. Le supporter en cause est en cours d’identification par les services de sécurité de l’OL. Aussitôt que celui-ci sera identifié, il sera exclu à vie de présence au Groupama stadium et des déplacements pour les matches du club, avait indiqué le club dans un communiqué.

Cet évènement arrive juste avant d'aller tenter de convaincre l'UEFA de lever un huis clos prononcé pour des comportements racistes car le club Lyonnais est déjà dans le collimateur de l’UEFA. Le club rhodanien doit jouer son deuxième match de Ligue des Champions à huis clos contre le Shakhtar Donetsk après des incidents en Ligue Europa contre le CSKA Moscou, la saison dernière le 14 mars.

Des comportements racistes, des symboles et saluts nazis aperçus dans les tribunes du stade lyonnais figuraient parmi les griefs relevés par l’instance européenne.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

News de la Semaine