«

»

Rehavam Zéévi

Rehavam Zéévi, surnommé « Gandhi », était un général de Tsahal qui a fait toute les guerres du pays en tant que commando et a servi au Département de l'État-major israélien. Il était un historien et homme politique de droite nationaliste qui a fondé le parti politique Moledet. Il a été lâchement assassiné dans un hôtel à Jérusalem par quatre combattants de la lutte armés palestinienne.

 

Rehavam Zéévi est né le 20 juin 1926 à Jérusalem dans le quartier de Yémine Moshé d'une famille à la fois juive traditionnelle et socialiste. Son père, Shlomo, est originaire de Pologne appartenant à une famille de la dynastie hassidique de Gour. Sa mère est née dans le quartier Nahalat Shiva de Jérusalem. Ses parents étaient tous les deux membres du Bataillon du Travail. La famille de Zéévi fait la connaissance de Pessah Bar Adon lors de la Grande Révolte arabe de 1936-1939. Rehavam rejoint le Palmah en 1942, et servira dans les Forces de défense israéliennes après la création de l'État d'Israël.

Au cours de sa jeunesse, une nuit, il se rasa la tête, s'enveloppe d'une serviette autour de sa taille et entra dans la salle à manger. La tête rasée et une serviette autour de sa taille le faisant ressembler à Mohandas Gandhi, il a gardé le surnom de « Gandhi » le restant de sa vie, parfois ironiquement. Le surnom lui était également attribué à cause d'une longue robe arabe qu'il portait pendant ses jours dans le Palmach.

Entre 1964 et 1968, il servi en tant que chef du Département du personnel de l'État-major israélien. À la fin des années 1960, Zéévi formait la Sayeret Kharuv, un bataillon anti-terroriste d'élite. Au cours des cinq années qui ont suivi, il a servi en tant que commandant du district militaire central. Il prit sa retraite en septembre 1973, mais a rejoint de nouveau l'armée lors de la guerre du Kippour quand celle-ci éclata le 6 octobre 1973. Il a été nommé adjoint spécial du chef d'État-major. Il a pris sa retraite avec le grade de major-général (אלוף) en 1974.

En 2004, il est révélé que Zéévi avait été choisi pour être responsable de la construction des forces armées de Singapour au un moment où il était chef adjoint de la Direction générale des opérations de l'armée israélienne. Après une visite secrète en 1965, il nomma le colonel Yaacov « Jack » Elazari à la tête de la délégation militaire secrète composée du lieutenant-colonel Yehouda Golan et d'autres officiers de Tsahal pour former et entraîner les Forces armées de Singapour. Ils ont été surnommés les « Mexicains » pendant leur séjour à Singapour.

En 1974, Zéévi devint conseiller du Premier ministre Yitzhak Rabin pour la lutte contre le terrorisme. L'année suivante, il devint le conseiller du premier ministre sur les questions de renseignement. Zéévi démissionna de ce poste en 1977 lorsque Menachem Begin du Likoud devint premier ministre.

En 1981, Zéévi est nommé directeur de ce qui était alors le musée d'Israël à Tel Aviv et qui devient musée Eretz Israël. En 1987, il a coédité une série de livres décrivant les différents aspects de la Terre d'Israël, sur la base des artefacts du musée. Zéévi était célèbre pour avoir l'une des plus grandes collections de livres sur Israël et son histoire.

En 1988, Zéévi créa le parti politique Moledet, un parti de droite nationaliste prônant le transfert de la population Arabes de la Cisjordanie et de la bande de Gaza vers les pays arabes voisins. Zeevi était connu en Israël pour son souci des soldats capturés ou disparus, portant une plaque d'identité militaire avec leurs noms autour de son cou pendant toute sa vie.

Après la Conférence de Madrid de 1991, il se retira du gouvernement de Yitzhak Shamir et resta définitivement dans l'opposition des gouvernements pendant une décennie. Zéévi était fortement en désaccord et un grand opposant des gouvernements travaillistes de 1992-1996 dirigé par Yitzhak Rabin et Shimon Peres puis 1999-2001 par Ehud Barak. Il avait un regard plus favorable sur le gouvernement Netanyahu de 1996-1999 qu'il a soutenu de l'extérieur.

En 1999, le parti Moledet forma une alliance de droite, l'Union nationale avec le Hérout (une dissidence du Likoud) et Tkuma (une dissidence du Parti national religieux).

Après l'élection d'Ariel Sharon en février 2001, Zéévi rejoignit la coalition et sera nommé ministre du Tourisme d'Israël. Deux jours avant son assassinat, il présenta sa démission de son poste de ministre du tourisme.

Au matin du 17 octobre 2001 Zéévi a été abattu à l'hôtel Hyatt de Jérusalem sur le mont Scopus, par quatre combattants de la lutte armés palestinienne. Il est emmené à l'hôpital Hadassah Medical Center, où il décèdera. Il sera enterré dans le cimetière militaire du Mont Herzl à Jérusalem.

Le Front populaire de libération de la Palestine a revendiqué cet assassinat. Le commanditaire de ce meurtre est Ahmad Saadat. Des milliers de personnes ont participé à ses funérailles. Les quatre terroristes armés ont fui vers l'Autorité nationale palestinienne. Israël a mis le bureau de Yasser Arafat en état de siège à Ramallah pour le forcer à lui remettre les suspects.

Bien plus tard, Israël récupéra les 4 assassins et les reconnu coupable d'assassinat par un tribunal israélien. Ils seront tous condamné à la prison à vie.

Zéévi a eu cinq enfants, Palmach, Sayar, Massada, Tze'ela et Arava.

Des rues, des quartiers et même des ponts (autoroute numéro 2) portent son nom en son souvenir.

 

L’allée Rehavam Zéévi à Netanya :

Très belle allée du bord de mer des plages centrales de la ville qui débute à la descente de la rue Dankner avec l’observatoire de ‘’Maalé Rehavam Zéévi’’ jusqu’au restaurent ‘’Café-Café’’. L’ascenseur de la ville pour l’accession à  la mer s’y trouve en plein milieu.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

News de la Semaine