«

»

Nouveau chef d’Etat-major

Le ministre de la Défense ainsi que le Premier ministre ont annoncé leur choix pour le prochain chef d’Etat-major de Tsahal, le 22 éme en titre, qui succèdera, après son mandat de 3 ans, l’actuel Gadi Eizencot. Il s’agit du très expérimenté général de division, le chef d’Etat-major adjoint Aviv Kochavi.

Aviv Kochavi, 54 ans, prestigieux officier qui a occupé de nombreuses fonctions de commandement dans l’armée a hautes responsabilités, parmi eux celui de commandant de la brigade des parachutistes, commandant de la division Gaza, commandant de la région militaire nord, commandant des Renseignements militaires (Aman) et chef d’Etat-major adjoint.

Sur le plan procédural, le ministre de la Défense devra présenter son candidat à l’approbation du juge (retr.) Eliezer Goldberg, président de la commission consultative des nominations aux postes élevés de la fonction publique, puis au gouvernement pour approbation définitive.

Le choix du 22e chef d’Etat-major de Tsahal ne s’est pas fait à la légère. Il bat donc les trois autres candidats en lice : les généraux de division Yair Golan, Nitzan Alon et Eyal Zamir. Pour les candidats en lice, le ministre de la Défense Avigdor Lieberman a consulté plusieurs personnalités politiques et militaires, en activités ou déjà passives, y compris l’actuel chef d’Etat-major, avant de faire son choix, en concertation avec le Premier ministre Binyamin Netanyahou.

Le ministre Avigdor Lieberman a expliqué les motifs de sa décision: “Parmi les candidats, Aviv Kochavi est le plus adapté et expérimenté pour exercer ce rôle. Il est doté d’un leadership, d’audace, de créativité et de capacité de commandement remarquables. La combinaison de tous les postes qu’il a déjà occupés au sein de Tsahal, dans les situations ordinaires comme dans les situations d’urgence, la haute estime dont il jouit au sein de Tsahal et en-dehors en tant qu’autorité et concernant son professionnalisme, ses succès tout au long de ses années de service en ont fait le candidat le plus apte pour diriger Tsahal dans les prochaines années”.

Le père de l’officier, Shaoul Kochavi, a exprimé sa joie et son émotion tout en notant qu’il s’agit d’un poste extrêmement complexe, “le plus difficile après celui de Premier ministre”, selon lui.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

News de la Semaine