«

»

Notre population en 2018

Au seuil de l’année 5779, l’on dénombre environ 14,7 millions de Juifs dans le monde, une hausse d’environ 100.000 personnes depuis l’année passée. La majorité d’entre eux se trouvent en Israël et aux Etats-Unis. Israël reste le foyer de la plus importante population juive mondiale avec environ 6,6 millions de personnes.

Selon Sergio Della Pergola, démographe à l’Université hébraïque, plus de 8 millions de Juifs vivent encore hors d’Israël, avec 5,7 millions vivant aux Etats-Unis. D’autres populations significatives comprennent la France (453,000), le Canada (391,000) et le Royaume-Uni (290.000).

Selon ces études, la population juive dans le monde augmente d’approximativement 100,000 Juifs par an. Le taux de croissance qui s’élève à 0,7 % est inférieur au taux de croissance de la population mondiale dans son ensemble, qui est de 1,1 %.

Le critère utilisé pour définir les Juifs a consisté à répertorier tous ceux qui se sont définis comme Juifs sans s’identifier à une autre religion. L’étude a toutefois également établi qu’il y a 23,5 millions de personnes qui pourraient être qualifiées pour émigrer en Israël selon les termes de la loi du retour.

La loi du retour israélienne donne à tous les Juifs, aux enfants ou petits-enfants de Juifs (même s’ils ne sont pas eux même juifs) le droit d’obtenir sur demande la citoyenneté israélienne.

Il y a aujourd’hui 119,000 Juifs en Allemagne contre 37,000 au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Il y a un total de pays qui accueillent une centaine ou plus de membres de la communauté, ont fait savoir les nouvelles données.

Israël accueille dorénavant, en tout, 8,907 millions de Juifs – soit 162,000 de plus qu’il y a un an, selon des données publiées par le bureau central des statistiques. La population juive israélienne représente 6,625 millions de personnes – 74,4 % de la population. Environ 26.000 personnes ont été ajoutées au solde migratoire, dont 25.000 nouveaux immigrants, 62% en provenance de Russie et d’Ukraine, 12% de France et 10% des États-Unis.
1,864 millions de personnes, soit 20,9 % de la population en Israël, est arabe et les autres 418,000 appartiennent à d’autres minorités.

La population d’Israël devrait dépasser les 10 millions d’habitants en 2024, les 15 millions en 2048 et les 20 millions en 2065. À cette date, les juifs ultra-orthodoxes pourraient représenter un tiers de la population du pays.

Le taux de fécondité israélien, avec une moyenne de 3,11 enfants par femme, continue à être le plus élevé parmi les pays membres de l’OCDE (Organisation pour la coopération et le développement économique). Environ 175,000 bébés sont nés et 43,000 personnes sont décédées au cours de l’année passée.

On assiste depuis quelques années à une chute de la fécondité parmi les populations musulmanes ainsi que chez les juifs ultra-orthodoxes (Haredim). 
Les musulmans sont passés d’un taux de fécondité de 4,6 en 2005 à 3,5 en 2010 et les juifs ultra-orthodoxes sont passés d’un taux de fécondité de 7,5 en 2005 à 6,5 en 2010.
Le taux de fécondité a également chuté très fortement parmi les Bédouins du Néguev: de 10 enfants par femme en 1998 à 5,7 en 2009 puis 5,5 en 2016.
Parmi les habitants des localités juives de Judée-Samarie, ce taux atteint même le chiffre record de 5,7 enfants. 

Environ 44,3 % des Israéliens se définissent comme laïcs, tandis que 21,4 % sont des Juifs traditionnels, 12,3 % se qualifient de traditionnels avec des inclinaisons religieuses. 10,2 % sont des ultra-orthodoxes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

News de la Semaine