«

»

Les Tèfiline

Les tèfiline, le mot est d’origine araméenne et se trouve déjà au pluriel, sont désignés en français sous le nom de phylactères. D’après le commandement de la Torah, les hommes à partir de l’âge de 13 ans, de la Bar Mitzva, doivent “porter” les tèfiline une fois par jour.

Les tèfiline se composent de 2 boîtiers et de lanières en cuir. Un boîtier composé de 4 compartiments et sa lanière pour la tête et un boîtier et sa lanière pour le bras.  Dans les 4 compartiments sont insérés 4 parchemins sur lesquels sont inscrits 4 passages de la Torah (parachiote) selon un certain ordre puis, dans le boîtier du bras, il n’y a qu’un seul parchemin sur lequel sont inscrits les 4 passages.

 

Il existe trois qualités de Tèfiline :

  • Tèfiline be’héma gassa – Fabriqués avec la peau d’un seul taureau
  • Tèfiline be’héma daka – Fabriqués avec la peau d’un seul mouton
  • Tèfiline ordinaires – Fabriqués à partir de restants de peau et peuvent provenir d’étudiants en sofrout (en calligraphie).

Les boîtiers sont façonnés avec la peau prise dans le cou de la bête puis, c’est dans le corps de la bête que sont taillées les lanières sans raccord de peau et donc sans risque de déchirure. Cependant il arrive que la peau d’un mouton ne suffise pas pour obtenir toute la longueur des lanières et il se peut alors que soient faits des rajouts.

Sur le boîtier de la tête où se trouvent deux fois la lettre “Shine” seront “gravées” ces deux lettres dont l’une comporte trois branches en souvenir des trois patriarches et le second quatre branches en référence aux quatre mères du peuple d’Israël. Les boîtiers tout comme les lanières sont teintées par de l’encre noire obtenue à partir de fiel et de vitriol.

Les lanières de la tête sont nouées par un nœud simulant la lettre Daleth et quant à la lanière du bras elle est nouée en simulant la lettre youd ce qui fait qu’avec le Shine, le Daleth et le Youd, le nom Shaday est réuni sur le fidèle mettant ses tèfiline.

Le fait qu’il y ait un boîtier pour la tête et un autre pour le bras signifie que toute action doit être effectuée avec une réflexion, ou une pensée (tête) mais aussi que nos actions générées par nos sentiments (le cœur) doivent être aussi dirigées par notre intelligence et notre foi.

 

 

Le Juif en posant ses tèfiline sanctifie le nom de D… chaque jour ordinaire mais pas le shabbat ou les jours de fête (Rosh Hashana, Kippour, Souccoth et Simhat Torah, Pessah et Shavouoth), pour Tish’â Beav on mettra les tèfiline l’après-midi, tout  comme, dans certaines communautés, lors des jeûnes “courants”,  à l’office de Minha. Il ne faut pas non plus oublier que les tèfiline – lorsque le Temple existait encore – terrorisaient les nations du monde.

 

Il existe deux sortes de Tèfiline : les tèfiline selon Rashi (les plus courants) et les Tèfiline selon Rabbénou Tam, son petit-fils.  Ils sont de la même structure si ce n’est l’ordre des parachiote qui changent. Etant donné que jamais personne ne s’est prononcé sur ces usages, certaines personnes, de manière à être considéré comme ayant accompli son devoir, sans aucun doute possible, mettent deux paires de tèfiline l’une au-dessus de l’autre ou l’une après l’autre.

Rashi né à Troyes en Champagne, n’avait pas eu de fils mais trois filles auxquelles il enseigna la Torah et les commentaires qu’il avait composés comme s’il ce fût agi de garçons. On dit que les trois filles de Rashi mettaient les tèfiline et portaient le Talith.

 

De même que nous embrassons les Mezouzoth à chaque fois que l’on entre dans une pièce pour signifier notre attachement à D, de nombreux fidèles embrassent leur tèfiline avant et après s’en être servis et ils font de même avec les tsitsioth de leur Talith lorsqu’ils le plient. Les tèfiline doivent être vérifiés au moins deux fois tous les sept ans mais certains préfèrent le faire chaque année.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

News de la Semaine