«

»

Les 13 articles de foi

Chaque religion a des principes fondamentaux qui sont la source et la base de sa croyance. Dans le judaïsme, il y a les 13 articles de la foi juive établi par Maïmonide. Les treize articles sont, en fait, treize Mitsvot ou fondements inébranlables de notre sainte Torah qui ont été expliquées par Rabbi Moché ben Maïmone dans son introduction au onzième chapitre du traité de Michna Sanhédrine. Pour chacun de ces articles, il apporte des versets à l’appui.

Maïmonide, Né en 1138 à Cordoue dans l’Espagne andalouse, est le descendant d’une lignée de rabbins et fut formé très jeune par son père à la théologie, à l’astronomie, à la médecine, à la philosophie et aux mathématiques. Le Rambam, de l’acrostiche de son nom, a rédigé de nombreux ouvrages et codifié toute la loi de Moïse, en un condensé appelé Michné Torah, entre autres, auteur d’un ouvrage intitulé « Le Guide des Egarés »… compila ce qu’il a dénomma « Chleloch Essré Ikarim », les 13 principes fondamentaux de la foi juive, tels qu’ils découlent de la Torah.

1. La croyance en l’existence du Créateur, qui est parfait dans toutes les modes d’existence et est la Cause Première à tout ce qui existe.
2. La croyance en l’unité absolue et sans égale de D.ieu.
3. La croyance en la non-corporalité de D.ieu, ni qu’Il peut être affecté par tout événement matériel, tel que le mouvement, le repos ou la résidence.
4. La croyance en l’éternité de D.ieu.
5. La croyance en l’impératif d’adorer D.ieu exclusivement et de n’adresser de prière à aucune fausse divinité.
6. La croyance que D.ieu communique avec l’homme à travers la prophétie.
7. La croyance en la primauté de la prophétie de notre maître Moïse.
8. La croyance en l’origine divine de la Torah.
9. La croyance en l’immuabilité de la Torah.
10. La croyance en l’omniscience et la providence de D.ieu.
11. La croyance en la récompense et le châtiment divins en fonction des actes de l’homme.
12. La croyance en l’avènement du Machia’h, le Messie, et de l’ère messianique.
13. La croyance en la résurrection des morts.

Maïmonide décrit ces principes de foi comme étant « les vérités fondamentales de notre religion et ses fondements même ».

Il est de coutume dans de nombreuses communautés de réciter les Treize Principes, dans une forme légèrement plus poétique, commençant par les mots Ani Maamine – « Je crois » – chaque jour après les prières du matin à la synagogue. Ces explications se trouvent dans la plupart des livres de prières, à la fin de la prière du matin et qu’il est vivement conseillé de lire, tous les jours.

Le vendredi soir, après l’office de l’entrée du Chabbat, le poème Yigdal qui retrace les Treize Principes de Foi est chanté dans de nombreuses communautés.

Les successeurs de Maïmonide du treizième au quinzième siècle réduiront les articles de foi de treize à trois:
    1. Croyance en Dieu
    2. Croyance en la création (ou en la révélation)
    3. Croyance en la providence divine (ou la rétribution).

D'autres en reformuleront sept, mettant l'accent sur le libre arbitre. D'autres en revanche rajouteront à ces articles qui les portent à 26.
Au quatorzième siècle, le Rav Asher ben Yehiel de Tolède fera entendre sa voix contre les articles de Maïmonide, dénonçant leur apparente prétention à l'intemporalité, et suggérera d'en ajouter un, la reconnaissance du fait que l'Exil est une punition pour les péchés d'Israël. 
Isaac Abravanel leur refusera une quelconque valeur dogmatique, estimant comme tous les kabbalistes, que les 613 mitzvot sont tout ce qui peut se faire en matière d'articles de foi.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

News de la Semaine