«

»

Le prélèvement de la H’alla – Afrachat H’alla

La mitsva de la H'alla nous est particulièrement chère, car c'est le premier des commandements que nous avons reçu lorsque nous sommes rentrés en Terre Sainte d'Israël. Les décisionnaires ont décidé de garder cette mitsva même de nos jours, afin quelle ne soit pas "oubliée", de manière à ce que la mitsva du prélèvement de la H'alla soit rétablie lorsque le Temple sera rebâti.

A l’époque où le Beth Hamikdach, le Temple, se dressait à Jérusalem, on avait l’obligation de donner une partie de la pâte appelée la «‘Halla» au Cohen car les Cohanim (prêtres descendants de Aharon) n’avaient pas reçu de parcelle de terres en heritage puisqu’ils étaient employés pour le service du Beth Hamikdach.
De nos jours, les Cohanim ne sont plus en état de pureté rituelle et ne peuvent donc pas manger la H'alla. C’est pourquoi on effectue le prélèvement de la h'alla, mais le morceau de pâte (de la taille d’une grosse olive) est brûlé et non consommé.

L'obligation de la "'hallah" ne s'applique qu'à de la farine faite avec les 5 céréales blé, orge, seigle, avoine, épeautre, mêlée à de l'eau ou à d'autres liquides, ce qui donne un mélange épais semblable à de la pâte. Si le mélange est peu consistant, il n'est pas nécessaire de  prélever de la "'hallah". Dans un cas pareil cependant, il peut arriver que l'obligation de prélever intervienne après la cuisson de la pâte au four [dans certains cas il est obligatoire de prélever la ‘Hala lorsque la pâte est cuite dans une poêle].

On prélève la 'halla de la pâte avant qu'elle ne soit cuite. Cependant, si la pâte est trop liquide pour pouvoir saisir la partie à prélever, on pourra le faire après la cuisson. Si on a oublié de prélever avant la cuisson (pour une pâte non liquide), on devra le faire après la cuisson.

Dès qu’on pétrit une pâte composée d’eau:

  • Et au minimum de 1,200 kg de farine – quels que soient les autres ingrédients – on prélève la ‘Halla.
  • S’il y a moins d’ 1,200 kg de farine, on ne prélève pas la ‘Halla
  • Si on pétrit plus de 1,650 kg de farine, on prononce la bénédiction suivante du prelevement (Barou’h Ata Ado-naï Elo-hénou Mélè’h Haolam Achère Kidéchanou Bémitsvotav Vetsivanou Lehafrich ‘Halla – « Béni sois-Tu Eternel, notre D.ieu, Roi du monde, qui nous a sanctifiés par Ses Commandements et nous a ordonné de prélever la ’Halla)

Trois Mitsvot ont été réservées à la femme (H’ina- חינה) : le prélèvement de la pâte, l’allumage des bougies de Chabbath et les lois de pureté familiale.
La Mitsva de prélever la ‘Halla revient en priorité à la maîtresse de maison. Cependant elle peut confier cette Mitsva à un garçon de plus de treize ans ou une fille de plus de douze ans.
On prélève la ‘Halla sur une pâte à pain, mais aussi sur une pâte à gâteau, si elle contient la quantité minimum de farine.

Beaucoup se recueillent à ce moment, associent en esprit des personnes qui ont besoin d'aide pour qu'elles bénéficient de la bénédiction, donnent une tsédaqa, sont conscients de ce qu'elles sont en train de réaliser dans la maison et dans la famille, et que cela est une préparation du Chabbat et disent parfois "likhvod Chabbat qodéche, en l'honneur du Saint Chabbat"

On ne peut pas la consommer : c'est pour cette raison qu'il est d'usage de la brûler. Si on ne peut pas la brûler, on l'enveloppera et on pourra la jeter.

La mitsva du prélèvement de la "'hallah" doit être réalisée au moins une fois par an.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

News de la Semaine