«

»

Le mois de SIVAN

Le mois de sivan est le neuvième à partir de tichri, et le troisième dans l’ordre de la Tora.

Il est associé dans la tradition rabbinique au don de la Torah sur le mont Sinaï, certains affirmant qu’il a eu lieu le 6e jour, à la date de Chavouot, et d’autres le lendemain.

Le signe du zodiaque sous lequel est placé ce mois est celui des «Gémeaux» (ou «jumeaux»), rapprochement expliqué par nos Sages de diverses manières :

Les jumeaux pourraient être :

  • Moïse et Aaron, par la main desquels la Tora nous a été donnée.
  • La Tora écrite et la Tora orale.
  • Les deux Tables de la loi.

Signalons encore deux textes midrachiques qui relient le signe des Gémeaux au mois de sivan :

  • Hachem a tenu à donner la Tora dans le mois des Gémeaux afin d’associer dans la joie de sa promulgation la bouche de l’homme qui lui permet de parler, ses mains qu’il peut battre, et ses pieds avec lesquels il peut danser (Pessiqta rabbathi 20).
  • Il a tenu à donner la Tora en ce mois-là afin de permettre à Esaü, le frère «jumeau» de Jacob, de s’y associer s’il choisit de le vouloir (Pessiqta de-rav Kahana 12).

Le mot sivan n’apparaît qu’une seule fois dans la Bible dans la Miguila d'Esther (8, 9).

D’origine araméenne, ce mot pourrait signifier «saison» ou «temps», et s’apparenter à l’hébreu  (zemane).

C’est en sivan que la Tora nous a été donnée au mont Sinaï, et c’est aussi en ce mois-là que l’on a cessé, à l’époque de Jéroboam Ier, d’apporter des prémices au Temple de Jérusalem depuis le Royaume du nord (Tour Ora‘h ‘hayyim 580).

Les Sages déterminent aussi que c’est au dix-septième jour de ce mois que l’Arche de Noé s’échoue sur le mont Ararat, le vingt que la mane s’arrêtent de tomber dans le désert et qu’Aaron et Myriam médisent de Moïse, suite à quoi Myriam est atteinte de lèpre et enfermée sept jours (selon une autre tradition cet évènement a lieu trois jours plus tard). Au vingt-neuvième jour, enfin, les explorateurs sont dépêchés en terre de Canaan.

Dans le judaïsme ashkénaze, il est coutume de ne pas lire le tahanoun (office de supplications) lors des douze premiers jours du mois : Le premier jour est en effet rosh hodesh, le second jour yom hameyou'has (parce que les Israélites ont accepté la Torah comme un seul homme), Les trois suivants sont les jours de restriction (il est en outre permis à partir de ces jours de prendre femme), le 6 et le 7 sont Chavouot et son Isrou 'Hag, les jours jusqu’au douze sont ceux pendant lesquels il était possible à l’époque du Temple de s’acquitter des offrandes de Chavouot.

Le jeûne du 20 sivan n’est pratiquement plus suivi de nos jours.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

News de la Semaine