«

»

Le mois de Kislev

Le mois de Kislev est le troisième mois à partir de Tichri, et le neuvième à partir de Nissan. Il est placé sous le signe du Sagittaire, c’est-à-dire du tireur à l’arc.

Nous avons vu, à propos du mois de H'echvan, qu’il correspond au signe du Scorpion, symbole de la sécheresse, et que son nom hébraïque était boul, associé au «maboul». Or, au déluge a succédé l’arc de Hachem, signe d’alliance entre Lui et la terre, d’où ce lien entre le Scorpion et le Sagitaire.

Tout comme H'echvan, Kislev est à durée variable : 29 ou 30 jours. C'est un mois d'automne. Le nom de Kislev n’apparaît qu’à deux reprises danstoute la bible.

Le mot kislev pourrait venir de l’araméen Kislimo, qui signifie «nuage». C’est le mois le plus nuageux de l’année. Il pourrait également venir de «Kessil», mot hébraïque désignant la constellation d’Orion, laquelle illumine particulièrement le ciel pendant ce mois-là.
On l’a également rapproché de deux versets du livre de Job : «Sa confiance (kislo) sera retranchée…» (8, 14), et : «Si j’ai mis ma confiance (kisli) dans l’or…» (31, 24), Ainsi que de : «Car Hachem sera ta confiance (kessilekha)…» (Proverbes 3, 26), comme pour souligner l’importance qu’a revêtue la confiance en Hachem lors des événements qui ont eu lieu ce mois-là, et tout particulièrement lors de ceux qui ont abouti à la fête de ‘Hanouka depuis le temps des Maccabées. C'est en kislev que commencent les persécutions séleucides contre le judaïsme.

Trois autres événements ont eu lieu au mois de Kislev :

  • Le 3 Kislev, les Grecs ont jeté des immondices dans le Temple, provoquant ainsi la révolte victorieuse des Hasmonéens.
  • Le 7 kislev, le roi de Juda Joïakim a brûlé le livre écrit par Baruch sous la dictée de Jérémie (Jérémie 36, 22).
  • C’est le 24 kislev qu’a commencé la reconstruction du sanctuaire : «Le vingt-quatrième [jour] du neuvième [mois], dans la seconde année de Darius, la parole de Hachem vint par Aggée le prophète, disant… » (Aggée 2, 10 ; voir Radaq ad.loc.).

Kislev est le mois de ‘Hanouka, la seule fête du calendrier hébraïque qui couvre, et donc relie, deux mois : ‘Hanouka débute le 25 du mois de Kislev et s’achève au mois de Tevet.

Selon la tradition de la ‘Hassidout, le 19 Kislev, le jour où le Rabbi Chnéour Zalman, l’auteur du texte classique de la ‘Hassidout, le Tanya (le disciple du Maguid de Mézerich, le successeur du Ba'al Chem Tov) fut libéré de prison (où il fut incarcéré pour avoir propagé les mystères les plus secrets de la Torah) est appelé «le Nouvel An de la ‘Hassidout» (ce qui sous-entend que c’est par le canal spirituel de ce jour que la sagesse intérieure de la ‘Hassidout et le pouvoir à intégrer cette sagesse dans sa vie quotidienne sont introduits dans ce monde).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

News de la Semaine