«

»

Espoir pour le cancer du pancréas

Prof-Ronit-Satchi-Fainaro

Prof-Ronit-Satchi-Fainaro

Des chercheurs ont découvert le génome et travaillent à sur un "cocktail" de nanoparticules pour éliminer les tumeurs directement dans les tissus cancéreux.

Une étude de l’Université de Tel Aviv, dirigée par le professeur Ronit Satchi-Fainaro, président du Département de physiologie et de pharmacologie à la Faculté de médecine Sackler de l’université de Tel-Aviv, cherche à déterminer pourquoi certains patients atteints de cancer du pancréas ont plus de chances de survivre à la maladie que d’autres. Les chercheurs espèrent utiliser les résultats pour développer un cocktail efficace de médicaments pour lutter contre le cancer agressif ainsi que d’autres types.

Le cancer du pancréas figure parmi les cancers les plus agressifs connus aujourd’hui. Malgré tous les traitements proposés par la médecine moderne, 75 % des patients atteints de cancer du pancréas succombent dans l’année qui suit le diagnostic, mais environ 7 % des personnes diagnostiquées survivent plus de cinq ans.

Comprendre comment certaines personnes vivent plusieurs années avec cette maladie très agressive permettrez de développer une nouvelle stratégie thérapeutique.

L’équipe de recherche a examiné des cellules cancéreuses pancréatiques et découvert une corrélation inverse entre un gène qui favorise le développement du cancer et un autre qui détruit le cancer. Cependant, les patients qui ont vaincu le cancer – les survivants à long-terme – avaient une constitution génétique complètement opposée.

Les chercheurs ont validé leurs résultats avec des échantillons humains au Sheba Medical Center, Tel Hashomer à Ramat Gan et ensuite avec une plus grande quantité d’échantillons à l’Université du Maryland. Un profilage d’ADN et l’analyse d’échantillons prélevés chez des patients atteints du cancer du pancréas a montré le même schéma génomique trouvé plus tôt chez les souris et les humains atteints du cancer du pancréas.

L’idée est d’essayer de ‘rééduquer’ les cellules pancréatiques dans le but de retarder le développement de la maladie et prolonger la vie des patients.

Dans une deuxième étape de la recherche, les scientifiques ont mis au point une nouvelle nanoparticule capable de délivrer sélectivement du matériel génétique à une tumeur, sans effets secondaires pour les tissus sains environnants.

Pour valider leurs découvertes, les scientifiques ont injecté les nouvelles nanoparticules chez des souris porteuses de tumeurs pancréatiques et ont observé qu’en rééquilibrant ces deux cibles – augmentant l’expression de l’un et bloquant celle de l’autre – ils ont prolongé la survie des souris de manière significative.

La recherche pour l’étude a été financée par le Conseil européen de la recherche, le Centre de recherche sur la biologie du cancer de l’Université de Tel Aviv et la Fondation des sciences d’Israël.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

News de la Semaine