«

»

Blague du 08/11/18

Me connaissez-vous ?

La scène se passe dans le tribunal d’une petite ville de province. Le procureur appelle son premier témoin à la barre, une grand-mère très âgée. Il s’approche d’elle et lui demande :
– « Mlle Jeanne, me connaissez-vous » ?
Elle répond :
– « Oh ! Oui je vous connais Me Van der Bruck. Je vous connais depuis votre enfance et sincèrement vous me décevez beaucoup. Vous êtes un grand menteur, vous trompez votre femme, vous manipulez les gens et vous êtes un médisant et un calomniateur. Vous pensez être « un as du barreau » alors que vous ne pouvez réaliser que vous n’êtes qu’une mauviette et que vous ne voyez pas plus loin que le bout de votre nez. Oh ! Oui je vous connais ».
L’avocat surpris, ne sachant que faire, pointe l’autre avocat du doigt et demande :
– « Mlle Jeanne connaissez-vous également l’avocat de la défense » ?
Elle répond :
– « Bien sûr que le connais. Je connais Me Richard depuis qu’il est tout jeune. Il est paresseux, obèse et il est alcoolique. Il ne peut pas avoir de relation normale avec quiconque et il est l’un des pires avocats de toute la ville. Non seulement il a trompé sa femme avec 3 femmes différentes et l’une d’entre elles est votre femme. Oh ! Oui je le connais ».
L’avocat de la défense est au bord de l’évanouissement. A ce moment de l’audience, le juge demande aux deux avocats d’approcher de la barre, et avec une voix très calme leur dit :
– « Si l’un d’entre vous demande à cette vieille si elle me connaît, je vous envoie tous les deux pourrir en prison pour complot » !!!

 

Les cacahuètes

Dans un bus rempli de petits vieux en pèlerinage à Ste Anne de Beaupré, une mamie tapote sur l’épaule du chauffeur, et lui tend une bonne poignée de cacahuètes.
– « Merci, j’avais un petit creux » dit le chaffeur
– « Ça me fait plaisir »
Cinq minutes plus tard, elle lui en offre encore. Et encore. Au bout d’une dizaine de poignées, le chauffeur lui demande…
– « Mais vos amis n’en veulent pas » ?
– « Oui, mais voyez-vous, avec nos dents, on ne peut pas les mâcher. Y’a que le chocolat autour, qu’on aime… »

 

Mes condoléancés

Deux petites vieilles se croisent dans la rue
– « Comment vas-tu Marguerite » ?
– « Oh ! Je n’ai pas le moral… Je viens de perdre mon mari » !
– « Ah bon ! Qu’est-ce qui s’est passé » ?
– « Je l’ai envoyé dans le jardin cherché des carottes et des poireaux pour faire une soupe. Il a été pris d’un malaise. J’ai appelé les secours, quand ils sont arrivés, il était déjà mort. Une crise cardiaque… »
– « Holala….Qu’est-ce que tu vas faire alors » ?
– « Des pâtes… !……………………. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

News de la Semaine