«

»

Blague du 07/06/18

L’ami d’enfance

Un SDF se promène sur les Champs Élysée et voit une limousine s’arrêter. Il regarde à l’intérieur et reconnaît un ami d’enfance, c’est Jean-François !!
Jean-François le reconnaît également, sort de la limousine et demande à son chauffeur de l’attendre…… Il prend son ami par le bras et lui propose de faire quelques pas ensemble.
L’homme lui dit :
– « Je vois que tu as bien réussi dans la vie ».
– « Oui ça va pas mal, et toi » ?
– « Moi je dois dire que ça ne va pas très fort en ce moment ».
Pendant qu’ils marchent, Jean-François est intrigué par un « clic-clac » qui se fait entendre à chaque pas que fait l’autre.
– « C’est quoi ce clic-clac » ? lui demande-t-il.
– « C’est la semelle d’une de mes chaussures qui s’est décollée et aujourd’hui je n’ai pas les moyens de m’en payer une autre paire ».
– « Attends je vais te dépanner » lui dit Jean-François.
Celui-ci sort de sa poche une grosse liasse de billets de 500 euros entourée d’un élastique. Il retire l’élastique, le donne à son ami et lui dit :
– « Tiens ! Mets l’élastique autour de ta chaussure, comme ça, ça ne fera plus clic clac ».

 

Un drôle d’accident

Un rabbin et un prêtre entrent en collision lors d'un accident de voiture. Les deux voitures sont complètement démolies mais, curieusement, aucun des deux hommes n'est blessé.
Après que chacun se soit extirpé de sa voiture, le rabbin voit la petite croix argentée sur le revers de la veste du prêtre et lui dit :
– « Ah vous êtes prêtre. Je suis rabbin. Regardez nos voitures. Il n'en reste rien, mais nous ne sommes pas blessés. Ce doit être un signe du tout-puissant. Dieu a du vouloir que nous nous rencontrions, devenions amis et vivions en paix pour le reste de nos jours ».
– « Je suis entièrement d'accord avec vous. Ce doit être un signe de Dieu ».
Le rabbin poursuit:
– « Regardez. C'est encore un miracle. Ma voiture est en morceaux, mais cette excellente bouteille de vin est intacte. Dieu veut certainement que nous buvions ce vin et célébrions notre bonne chance ».
Il ouvre la bouteille et la tend au prêtre. Le prêtre est d'accord et en boit quelques grosses gorgées (l'émotion, la chaleur), puis rend la bouteille au rabbin. Le rabbin prend la bouteille, la rebouche puis la rend au prêtre.
Le prêtre demande :
– « Vous n'en buvez pas » ?
Le rabbin répond :
– « Non… Je crois que je vais attendre la police »


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

News de la Semaine