«

»

Ayelet Shaked, personnalité de l’année 5778

Un classement en Israël a été établi des personnalités qui ont marqué et qui ont été les plus influentes de l’année 5778. C’est la ministre de la Justice Ayelet Shaked qui a été placée en tête de liste. Le compliment prend d’autant plus de valeur venant du quotidien Haaretz de gauche.

Arrivée en politique assez récemment, Ayelet Shaked, membre du parti politique Abaït Ayéhoudit est son numéro deux de la liste derrière Benny Benett, ministre de l’éducation, et la seule élue femme et non pratiquante. Ministre de la justice du gouvernement de Netanyahou depuis 2015.

Après avoir mené sous la précédente législature, le combat pour le service militaire des ultra-orthodoxes, elle a pour ambition a présent de diminuer les pouvoirs de la Cour suprême d’Israël.

Les commentateurs juridiques ont constaté que dans son domaine ministériel, “Ayelet Shaked a eu une réussite phénoménale, notamment dans la nomination des juges à la Cour suprême, en plaçant une majorité de magistrats conservateurs”. Ayelet Shaked effectue un travail de renouvellement extraordinaire dans cette fourmilière que constitue le système judiciaire Israélien. Elle est convaincue que l’esprit nouveau qu’elle a réussi à insuffler dans le système entraînera moins d’interventionnisme de la Cour suprême dans les décisions politiques et tournera la page de l’activisme judiciaire introduit dans les années 1990 par l’ancien président de la Cour suprême le Prof. Aharon Barak.

En 2015, elle provoquait un scandale en annonçant vouloir séparer en deux postes de conseiller juridique au gouvernement. Ce dernier se verrait ainsi déchargé de la fonction de procureur général et ne garderait que le rôle proprement dit de conseiller juridique auprès du gouvernement.

Le quotidien a eu l’honnêteté de reconnaître qu’Ayelet Shaked est venue avec un agenda politique clair qu’elle a su mettre en application dans la “douceur” sans provoquer de révolution ou de levée de boucliers dans le système judiciaire. Seuls les grands médias et l’opposition se sont ligués contre elle pour des raisons évidentes.

Répondant en fin de semaine dernière à ceux qui l’accusaient une nouvelle fois de “porter atteinte à la démocratie”, la ministre a répondu qu’au contraire, la démocratie – la vraie – a gagné en force grâce à aux réformes qu’elle a entreprises, ainsi que l’estime et la confiance de la population dans le système judiciaire et en premier lieu, dans la Cour suprême.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

News de la Semaine