«

»

Améliorer l’athlétisme Israélien

Marc Eisenberg, vice-président de la fédération d’athlétisme israélienne milite actuellement pour faire avancer les différents sport d’athlétisme en souhaitant faire venir l’ex-entraineur français Renaud Longuèvre afin de donner un nouveau souffle à l’athlétisme israélien.

Entraîneur et manager de l’équipe de France d’athlétisme, fraichement à la retraite depuis le 31 décembre 2017, Longuèvre « a déjà eu deux athlètes champions du monde », rappelle Eisenberg a la radio du Studio Qualita, « des athlètes vice-champion d’Europe, et des résultats magnifiques en équipe de France » rajout-il.

Renaud Longuèvre est prêt à venir en Israël pour 2 ou 3 saisons afin d’aider l’athlétisme israélien à se structurer, à démarrer et à améliorer la performance. C’est une opportunité exceptionnelle pour le sport israélien.

Mais pour faire venir une telle pointure de l’athlétisme mondial, cela demanderait des fonds. Pour cela, il faudrait que le gouvernement dont le ministère de la culture et des sports ou des partenaires privés mettent la main à la poche pour que ce projet se réalise au plus vite.

 « L’idée est de faire mieux, est de progresser, est d’aller plus haut, est d’aller de l’avant… » explique Longuèvre qui rappelle qu’Israël possède déjà quelques athlètes de renommée internationale, comme Aleksandr Averboukh qui a été deux fois champion d’Europe de saut à la perche.

« Il y a un réel potentiel ici, » ajoute-t-il soulignant que « la grande force de l’athlétisme israélien c’est la météo. Parce qu’en ce moment il y a 40 cm de neige à Paris, ici il fait beau toute l’année. Il y a des spots d’entraînement.

La force de l’athlétisme américain, repose principalement sur la Californie et la Floride à cause de son climat. Et ici, en Israël il y a des conditions qui sont fantastiques, ce qui est propice pour les muscles et la performance.

De plus, il existe en Israël un autre atout qui est le potentiel humain avec les sportifs que forment l’armée et les athlètes d’origine Ethiopienne. Ces atouts ne sont pas vraiment exploités comme il le devrait.

Pour Marc Eisenberg, vice-président de l'athlétisme israélien,  l’objectif « est d’améliorer l’athlétisme ». Il considère que si l’on parvient à avoir des athlètes compétitifs qui gagnent des médailles aux championnats d’Europe, du monde ou aux Jeux olympiques ce sera très profitable pour Israël en termes médiatique pour le pays, et pour l’unité du peuple israélien. Il suffit de se souvenir la façon dont l’ensemble du peuple : jeunes et moins jeunes, ashkénazes et séfarades, religieux ou pas, se retrouvent derrière leurs téléviseurs pour pousser et encourager les équipes d’Israël dans les différentes épreuves sportifs. « C’est ce même dynamisme national que nous voulons recréer avec le renouveaux de l’athlétisme en Israël »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

News de la Semaine